lundi 24 octobre 2016

La pièce obscure d'Isaac Rosa

 
Titre : La pièce obscure
Auteur : Isaac Rosa
Éditeur :
Éditions Christian Bourgois
Date de parution :
Septembre 2016
Genre :
contemporain, littérature espagnole
Nombre de pages :
280
Dans ma bibliothèque : oui
Date de lecture :
Octobre 2016

 Roman reçu lors de l'opération Masse critique + d'infos
 




L'histoire
Directement inspiré par les événements de l'Espagne contemporaine, le roman La Pièce obscure raconte l'histoire d'un groupe d'amis, bien installés dans la démocratie naissante après la mort de Franco et la société de consommation qui la caractérise, qui louent un local dont ils transforment le sous-sol en pièce noire dans laquelle ils se livrent à de nouvelles formes de relations, notamment sexuelles et hédonistes, protégés par l'anonymat que leur offre l'obscurité absolue. Rapidement, la pièce obscure se transforme en refuge, en rempart dressé contre les répercussions de l'évolution de la société et la crise que ces jeunes gens n'attendaient pas. C'est la perte des illusions que raconte ce roman, à travers le bilan de quinze années qui aboliront toutes certitudes et obligeront les membres du groupe à une douloureuse réflexion sur eux-mêmes.
 
MON AVIS

J'ai eu du mal à entrer dans cette obscurité, d'autant qu l'auteur nous prends souvent à parti, pour que l'on soit nous aussi l'une des personnes entrant dans la pièce obscure.

Par des retours en arrière, feed-back, on suit l'histoire d'une bande d'amis qui ont décidé d'obstruer une pièce en sous sol...

Ce qui était au départ un lieu de plaisir va devenir... peu à peu... bien d'autres choses...
Un univers clair-obscur oscillant entre excitation et angoisse...
Peuplé d'interdits et de recherche de soi...

Je regrette le coté trop descriptif du roman qui fait que j'ai eu du mal à le lire.
Aucunes dialogu, ce n'est qu'une narration.   Le style est de qualité pourtant.

Une lecture pas facile du tout, oui c'est une lecture 'dérangeante',on se sent 'voyeur',  bien que l'on ressent la honte du narrateur qui spécifie bien (trop) souvent que tout cela a été possible parce qu'ils étaient des personnes différentes à cette époque, que cela n'aurait pas été possible après...

C'est un découverte pour moi, auteur à suivre...


Partage sur les sites suivants :  Babélio

mercredi 12 octobre 2016

[salon littéraire] 25ème heure du Mans - Notes d'interviews

Oh mais je suis à la bourre pour vous retranscrire certaines choses du salon manceau 
 la 25eme heure du livre qui s'est tenu début octobre 2016, je vous en parle ici

> Oui j'ai noté des choses intéressantes et je les partage donc ce jour 
en mettant l'article à la bonne date !


 C'est parti, je vous en dit un peu plus...

 ----------------------------
J'aurai voulu rencontré le manceau Steevy Boulay, on a essayé et il n'était jamais à son stand donc... Ben non ! On l'a vu en interview et j'ai noté quelques petites choses.

Stevy Boulay nous dit avoir lu 1 livre par semaine durant 13 ans.  

Il nous a cité "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" - mon avis - (moi aussi j'ai beaucoup aimé).  Il nous a dit avoir mis 10 ans avant de sortir son roman "Le devoir avant tout"où il y a plein de clin d'oeil au Mans.


  ----------------------------

- "Noir c'est noir... Polar" , Entretien avec Sandra Martineau et Emmanuel Grand -
Interviews radio


Emmanuel Grand explique le choix du lieu où se passe le polar est essentiel, il aime s'imprégner des lieux pour ses romans, puis l'imaginaire prend le relai de la connaissance des lieux et des personnages. 

Un bon polar ? 
C'est une bonne histoire, nous dit-il, une histoire qu'on n'a pas envie de lâcher lorsqu'on a ouvert le roman, une histoire qui doit prendre le lecteur et ne plus le lâcher. Il parle de son roman précédent "Terminus belz"qui a eu un gros succès et obtenu le prix sncf en 2014 et présente son nouveau roman " Les salauds devront payer".

 
Sandra Martineau nous présente "Dernière escale", c'est son 4ème roman. Elle nous parle de son travail de documentation, de l'interaction entre les personnages, de l'émotion qui rendent crédible l'histoire. Ce roman est un thriller psychologique bien plus que ses précédents. C'est une analyse de l'adolescence, des rapports frères/soeurs, une réflexion sur la famille. Elle nous dit écrire le 5ème roman à la manière "d'une histoire dont vous êtes le héros"avec différents scénarios possibles... Inspirée par les murders party qu'elel aide à organiser...


----------------------------


09 octobre 2016 - Evènement Facebook

Rencontre, suivie d'un déjeuner avec quatre romancières Julie Moulin, Rachel Kahn, 
Anne Collongues et Colombe Boncenne.  

On y a parlé création, construction d'un roman et de premières fois.

Avec la participation de Serge Joncour.

C'est dans les locaux de la radio France Bleu Maine que nous avons pu assister à cette rencontre, merci au Colombus Café pour les gourmandises et à Charlotte Milandri / Les 68 premières fois pour l'organisation. 

+ d'articles blog :
Serge Joncour nous dit que cela le replonge 18 ans en arrière, et fait remonter des émotions en lui, il est loin son 1er roman. 

"Ecrire un roman c'est comme avoir une vie parallèle", il n'a pour le moment pas d'idées pour son prochain roman. 
Les auteurs présents parlent de leur parcours, de l'annonce, du contexte - lorsqu'on leur a annoncé que leur 1er roman allait être publié, de leurs réactions, de leurs émotions... De l'angoisse de la réécriture de leur manuscrit, des exigences des maisons d'Editions, de la peur face à l'exposition, du choc, de ce qui va "sortir en dehors de soi"... 

Elles évoquent la longueur entre l'écriture et l'édition de ce 1er roman... Un marathon, précis S. Joncour et il nous parle des parcours parallèles d'auteurs ayant sortit leur 1er roman en même temps, qu'il se créé une sorte de famille. 

Il peut y avoir un temps d'attente de plusieurs années entre l'écriture, la réécriture, les corrections, la lecture, relecture et il faut trouver un éditeur...

Les auteurs parlent de la structuration, du plan de leurs romans, de son organisation, des choses qui se mettent en place progressivement... 

Serge Joncour qui vient de publier son 10ème roman nous dit que la vie lui sert de décors pour ses romans, c'est une sorte de brocante, pas de plan dans ses roman, cela se fait au fil du temps. 

Ses influences ? 
Prendre des personnages et les amener au bout d'eux même, il cite Clavel, Simenon, Kessel... Il dit éviter de lire, pour ne pas être influencé et pouvoir sortir quelque chose de soi ou alors comme un élève, il va chercher des choses chez les autres, de la matière pour structurer.  

C'est un pari fou de dire qu l'on peut vivre de ses romans, il faut un certain temps pour être reconnu/publié. Certains prennent une année sabbatique, ont un travail parallèle, il faut de l'auto discipline, ou bien gagner sa vie pour garder une part pour la création... Il faut du temps pour écrire...

 
  Gourmandises...
 

mardi 11 octobre 2016

[salon littéraire] 25ème heure du Mans

  

 En savoir + le site de la 25e heure du livre

 

Dates : Les 08 et 09 octobre 2016 de 10h à 19h
Lieu   : Le Mans (72)

Le samedi, arrivée à l'ouverture, et pour changer je suis passé en premier du coté des associations... 
Les années précédentes j'allais directement voir les auteurs.

J'ai pu discuter 'tolérance, Islam, Europe, écologie...' avec une association qui m'a dit que je pourrais être "militante" avec mon discours... euh non ! lol, discussion très enrichissante qui a bien faillit me faire louper mon rdv devant le stand POLAR, Librairie DOUCET. 

J'y ai donc retrouvé Sandra Martineau, Thierry Berlanda, les 2 François Xavier... 
Petits bonjours et papotages avec les auteurs que je connais déjà.
Rencontre des auteurs que je n'avais pas encore vu en réel - et qui sont dans mes contacts Facebook  : Amédée MALLOCK et Sylvain Forge, dont j'ai pris leurs livres. 

>>  Merci aux auteurs pour les discussions très intéressantes, pour leurs mots, 
leurs sourires et leurs rires. De jolis moments ! 

   
 Sandra Martineau, François-Xavier Cerniac, Amédée MALLOCK,
 Sandra Martineau et Christelle (lectrice) + LES CHOCOLATS !!!!

> Merci à Cécile, Denise et Christelle 
pour leur agréable compagnie.
 
 Avec Thierry Berlanda
L'auteur avec Denise (auteur et lectrice)

NB : petite pensée à l'auteur installée à la droite de Thierry berlanda 
qui a "supporté" nos conversations samedi ET dimanche, Chloé je crois !

*********

 Des conférences :


 
Régis de Sa Moreira, Steevy Boulay, Emma Daumas...


Sandra Martineau, Emmanuel Grand - Noir c'est noir... Polar

 
(Notes prises, je vous en parlerai dans le second article)

J'ai été plutôt raisonnable - petit budget - il a fallut que je fasse des choix ,il y avait trop de tentations ! Je m'en suis plutôt bien sorti, vous allez le voir plus bas. 


*********

 Les gourmandises :

 

Les desserts...
 


*********
 
* Les livres que j'avais déjà et que j'ai fais dédicacer :

 

 
 - Ah François Vallejo, j'ai tellement aimé "Fleurs et sang
- Je suis heureuse d'avoir pu enfin voir Règis de Sa Moreira, j'aime tellement son roman
"'Le libraire", il est aussi adorable que ses livres. 

>>> Je voulais faire dédicacer un livre à Bernard Weber... 
       TROP DE MONDE : 

 *********

* Mes achats :

5 livres :

- "La nuit du Sacre" par Thierry Berlanda, le tome final de la trilogie. 
- "Comme dans un film" Le nouveau roman de Régis de Sa Moreira. 
- "Le parfum de soufre" De sylvain Forge, je vais découvrir.
-  Et en croisant Jérôme Attal, je me suis laissée tenter par le roman de son voisin Arnaud Le Guilcher "Ric-rac".
-  "Le principe de Parcimonie" d'Amédée Mallock.
 
 

   


*********

J'ai croisé et je n'ai pas craqué 
(prochainement... peut-être) : 
 Maëlle Guillaud "Lucie ou la vocation"
Brigitte Kernel " Agatha Christie, le chapeau disparu" 
Emma Daumas "Supernova" 
Gilles Vincent
...

*********
Le dimanche matin

Les 68 premières fois
(Notes prises, je vous en parlerai aussi dans le second article)

 DANS UN PROCHAIN ARTICLE
> photos, liens vers les articles blog en parlant... 

A SUIVRE...

mardi 4 octobre 2016

Les crevettes ont le coeur dans la tête de Marion Michau

Titre : Les crevettes ont le coeur dans la tête, journal sexy d'une trentenaire
Auteur : Marion Michau

Éditeur :
(Grand format : Albin Michel) et Éditions J'ai Lu 

Date de parution : 2016

Genre : Chick-Lit

Nombre de pages : 301

Dans ma bibliothèque : oui
Date de lecture : Octobre 2016


 

   L'histoire
« Je m’appelle Marion, je fais 1m70 (en talons) et 52 kilos (en rêve). Je suis née en 1980 – une année détestable pour le bordeaux et franchement pas terrible pour Joe Dassin qui est mort pendant les grandes vacances – et je suis célibataire, mais ça, vous oubliez, ça ne devrait pas durer : je suis enfin décidée à trouver l’homme de ma vie… seulement les mecs bien, c’est pas comme les métros, il n’en passe pas toutes les quatre minutes. »
 
Une lecture qui fait du bien :)


MON AVIS

COUP DE COEUR pour cette lecture "fifille" délurée, fraîche et amusante !

Quel bonheur !

> C'est tout à fait ce que j'attends d'un roman chick-lit.

Non non pas de romance, on y suit les péripéties de Marion, scripte et CELIBATAIRE
Elle recherche pourtant l'homme qui pourrait lui correspondre, elle recherche l'amour...
Elle y décortique son célibat, ses rencontres, ses beuveries, ses bourdes...
Elle parle aussi de ses copines, de ses exs...

Il y a des moments TRES croustillants.

C'est vraiment TRES drôle.

Un peu de Bridget Jones, un peu de Carrie Bradshaw (sex in the city)...

J'ai ris à chaque page - ou presque.

Mesdames, vous allez adorer !